Mis en avant

Bienvenue sur l’Heureux Partage

Heureuse de vous accueillir sur ce blog dédié au bien-être et à l’épanouissement. Tout au long de l’année, je partagerai avec les lecteurs des éléments variés, relatifs à l’exercice de mon métier, mais aussi à mes goûts, mes inspirations ou mes expériences. J’aurai plaisir également à partager des contenus trouvés sur d’autres médias, rédigés par d’autres auteurs ou encore à vous informer du calendrier des ateliers collectifs à venir.

Bienvenue dans l’Heureux Partage, le blog de Marion Nussbaumer.

La « Moodiathèque » de janvier

Retour en images sur la beauté azuréenne illuminée par le soleil d’hiver. Les escapades de janvier sont souvent les plus douces de l’année !


De la lumière dans les intérieurs

Avec le mouvement des Nabis. Né à la fin du 19ème siècle, inspiré de l’art japonais, ils glorifient les scènes d’intérieur et révèlent toute la beauté d’un quotidien intime et lumineux. Pierre Bonnard fait partie des figures de ce mouvement. Une rétrospective a lieu actuellement au musée éponyme du Cannet. Découvrez des nappes, des fenêtres, des animaux domestiques, des motifs décoratifs… sublimés par la vision de ces peintres heureux et parfois potaches !

De l’abondance sur les marchés

Provençaux, nous avons la chance en toute saison de balader sur des marchés gorgés de couleurs et textures. La découverte des halles couvertes d’Antibes fut un ravissement pour les yeux, les narines, les papilles… Une foule dense se presse, portée par l’impatience des plaisirs de la table à venir. Les sourires s’épanouissent sur les terrasses inondées de soleil. Faites le plein de bien-être, flânez sur les marchés !

De l’infini à l’horizon

Pour changer de perspective, pourquoi ne pas s’inspirer de la beauté d’un coucher de soleil ? Le solstice d’hiver nous offre une lumière rasante et chaude, au coeur de la saison froide. Il vient réchauffer les cœurs quand la température refroidit les corps. L’un des plus beaux couchers de soleil se trouve sur le cap d’Antibes, dégagé, qui embrasse en son sein les paysages montagneux de l’Estérel, le Golfe Juan, les reflets d’une eau calme, et la vérité d’un monde parfait dans ce qu’il est simplement là, existant, devant nous. Entre nature et urbanité, à 2h30 de route, goûtez à l’infini des possibles pour démarrer 2023.

Marion Nussbaumer
Consultante Relation d’Aide et Management
06 38 84 20 74
bonjour@marion-nussbaumer.com
Formulaire de contact

Nutcraker, le ballet emblématique de Noël

Depuis plus de 200 ans,
le Casse-Noisette fait partie de la tradition de Noël.

L’histoire du personnage Casse-Noisette trouve ses origines dans le conte allemand « Casse-noisette et le Roi des souris » d’Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, publié en 1816. Plus tard, c’est Alexandre Dumas qui en fera une adaptation dans un roman, puis enfin Tchaïkovski qui le transformera en un magnifique ballet en 1892.

J’organise pour les groupes des lectures du conte, illustrés de passages du ballet.
Sur 1h, 1h30 ou 2h. Idéal pour plonger les enfants dans la magie de Noël tout en nourrissant leur culture générale !

Intéressé ?
Appelez-moi : 06 38 84 20 74

vvvvvvvvvvvvv Plus d’infos ? Me contacter ! vvvvvvvvvvvvv

Communiqué de presse : lancement du Calendrier de l’Avent !

The Medi-Art Program, solutions bien-être pour les particuliers, imagine un partenariat inédit avec 18 professionnels pour offrir des cadeaux cocoon en cette période de fêtes.

Du 1er au 25 décembre, faites-vous plaisir !

Journée détente et intentions pour 2023

Je suis heureuse d’intervenir lors de cette journée, pendant laquelle je vais proposer une marche méditative suivi d’un atelier d’écriture ayant pour thème Le Sens / La Direction pour 2023.

Pour entrer en douceur dans la nouvelle année au rythme de différentes pratiques telles que du yoga, des automassages ou encore de l’écriture. Un temps d’introspection permettant de préparer les mois à venir, et transiter progressivement vers les énergies printanières.

Merci à Marie et Alix, deux merveilleuses professionnelles, qui m’ont associée à cette journée.

Le samedi 21 janvier 2023
de 10h à 17h
Maison des Arts et du Tao
à Montfavet

Inscription auprès de l’organisatrice Marie : contact@fragola-bienetre.fr

Atelier de méditation de pleine conscience

Ouvert à celles et ceux qui pratiquent déjà la méditation ou celles et ceux qui veulent découvrir la pratique.

Le dimanche 11/12
Péniche Althéa
10h à 12h

2h de pratique méditative en pleine conscience

Participation : 30 €

Matériel fourni
Possibilité de vous offrir un jus détox en +

La pratique de la Pleine Conscience nécessite un entretien régulier !
Pour retrouver la motivation, redécouvrir des outils oubliés, bénéficier du support du groupe, faire le point sur votre pratique, partager votre retour d’expérience…

Et pour celles et ceux qui n’ont jamais testé, c’est l’occasion de découvrir.

Quelle que soit votre motivation :
BIENVENUE !

Inscription en ligne, paiement sur place.
Je vous remercie d’annuler 48h avant si nécessaire.

Vous souhaitez en savoir + sur mon enseignement ?

Consultez cette page ou contactez-moi directement aux coordonnées indiquées ci-dessous.

Découvrez ici le témoignage de Julien,
qui a suivi le cycle d’automne 2022.

Julien, cycle d’automne 2022

Nouveau cycle d’enseignement de la méditation de pleine conscience à la péniche Althéa

Nouveau cycle à partir du mercredi 25 janvier 2023 à la Péniche Althéa à Avignon !
Pendant 10 séances consécutives, apprenez à méditer en pleine conscience.
Pour les débutants qui souhaitent intégrer la méditation afin d’améliorer leur qualité de vie
ou les pratiquants occasionnels qui souhaitent approfondir leur connaissance de la mindfulness.

Pour qui ?

Pour toutes les personnes désireuses de mieux se connaître et d’acquérir un nouvel outil pour améliorer sa qualité de vie. Il n’y a pas d’âge ou de condition physique pour méditer. Et tout le monde peut méditer, quel que soit son tempérament. Nous explorerons ensemble quelle pratique peut le mieux vous correspondre, afin de l’intégrer dans votre routine quotidienne.

Quels bénéfices ? (liste non exhaustive)
  • Cognitifs : amélioration de l’attention, de la concentration, de la mémorisation, des capacités d’organisation, de prise de recul, de priorisation, de décision…
  • Emotionnels : identification des émotions, régulation de l’humeur, prévention de la rechute en dépression, meilleure gestion du/des stress, accroissement de l’optimisme et du sentiment de bonheur…
  • Relationnels : meilleure présence à l’autre, meilleure qualité d’écoute, de compréhension, d’adaptation, optimisation des capacités de communication…
  • Physiologiques : amélioration du sommeil, régulation des systèmes nerveux, hormonal et cardiaque, détente musculaire et stimulation de la proprioception…
Le lieu ?

La péniche Althéa offre un cadre exceptionnel, facile d’accès, idéalement situé entre les Gard et le Vaucluse. Stationnement gratuit en proximité. La salle de pratique de 45 m², comportant une aération naturelle, nous permettra de pratiquer dans le respect des gestes barrières.

Quelles conditions ?
  • 250 € pour les 10 séances d’1h30, à la Péniche Althéa (me contacter si difficultés financières, nous trouverons une solution ensemble)
  • Tous les mercredi soirs à compter du 25 janvier au 22 mars inclus, de 18h30 à 20h.
  • Tapis de sol et coussins à disposition. A amener si vous le souhaitez : banc de méditation, couverture ou tout autre matériel utile à votre bien-être.
  • Pour les personnes souffrant de douleurs corporelles, la méditation peut se pratiquer simplement assis sur une chaise ou allongé.
Comment se déroule l’apprentissage ?

L’apprentissage est constitué d’apports théoriques, de pratiques et d’échanges entre participants. Il est organisé de manière progressive et dans une logique qui favorise l’intégration des nouveaux savoirs par l’individu. Il a pour but de le guider vers l’autonomie dans sa pratique. Un programme d’exercices à réaliser à domicile est fixé entre chaque séance.

Au fil des séances, vous découvrirez avec la variété des exercices de pleine conscience : en mouvement ou statiques, assis, debout ou allongé, focalisés sur les sensations corporelles, les pensées, les ressentis émotionnels… etc. Les exercices et les apports théoriques varient de séance en séance, permettant ainsi l’intégration de nouveaux concepts et évitant l’ennui.

Quel prérequis ?

Aucun. Il est toutefois déconseillé de vous lancer dans l’apprentissage de la méditation si vous êtes en phase aigüe de dépression, ou si vous souffrez d’une pathologie psychiatrique sévère. Me contacter en cas de doute ou pour que je vous oriente vers des collègues dont la pratique sera plus adaptée.

Vos engagements ?

Une présence à chaque séance, autant que faire ce peut.
De la régularité dans la pratique, de la patience et de la persévérance.
De la tolérance et de la bienveillance, envers vous-même et envers les participants.

Vous souhaitez en savoir +++ ?

Visionnez ce témoignage d’une personne que j’ai accompagnée, consultez cette page ou encore, contactez-moi directement aux coordonnées indiquées ci-dessous.

La Ligne Verte ou l’allégorie de la compassion

Quelques enseignements transmis par « La Ligne Verte »,
film de 1999 tiré du roman de Stephen King.

Dans la lignée de l’article que j’avais rédigé après avoir découvert Bohemian Rhapsody, je me lance dans la rédaction de cet article pour partager les enseignements que j’ai tirés de ce film très émouvant. Encore une fois, pas de critique cinématographique ici ! Seulement un autre regard sur ce que j’ai observé dans ce récit si particulier.

Le pitch

Un ancien gardien de prison, Paul Edgecomb (l’incroyable Tom Hanks), affecté à l’accompagnement des derniers jours des condamnés à mort, dans les années 30 aux USA, raconte sa rencontre avec John Coffey, un détenu qui se retrouve là, non par hasard, mais par injustice et racisme. Il est noir, donc il est coupable, en somme. C’est ce qu’expliquera son propre avocat en utilisant une parabole épouvantable. Mais bref, je ne vous apprendrai rien sur l’Amérique de l’époque. Là n’est pas mon propos.

Ce brave homme de 2 mètres aux muscles puissants et au comportement de nounours se retrouve aussi là parce que c’est un super gentil. C’est un super héros avec des super pouvoirs. Il a tenté de sauver deux fillettes assassinées, mais a été considéré comme coupable du meurtre, sous prétexte qu’il les tenait dans les bras quand le shérif et le père lui tombèrent dessus. Impossible d’imaginer pour eux qu’un noir ait pu vouloir aider les fillettes, bien sûr. Conclusion : un petit passage par la chaise électrique et justice sera faite.

Mais quel est donc le super pouvoir de John Coffey ?

Le personnage de Coffey est à mon sens l’allégorie de la compassion.

En effet, ce garçon :

  • est capable de ressentir les émotions des autres = empathie
  • est capable d’absorber les maux, les maladies des autres pour les libérer de leur souffrance, et de recracher ces maux dans l’air, non sans un sacré effort qui le rend « très fatigué, patron » = compassion, dans l’acception chrétienne du terme
  • est capable de communiquer des messages par le toucher, comme le souvenir du meurtre des petites filles commis en réalité par l’affreux William Wharton, détenu voisin de Coffey, qu’il transmet à son gardien de prison = capacité de communication non verbale, paranormale, certes.

En raison de ces pouvoirs, le pauvre garçon souffre terriblement (et pas seulement parce qu’il va y passer injustement).

Il ne comprend pas ce qui se passe en lui. Comme nous quand, manquant d’éducation sur ce point, nous nous sentons débordés par nos émotions. Et cela lui rend la vie impossible, car cette hyper sensibilité lui fait sentir comme des petites aiguilles dans la tête, en permanence. Il est épuisé de ressentir sans arrêt les horreurs de ce monde de brutes.

Ne vous reconnaissez-vous donc pas là, amis hyper sensibles ?

Finalement, cet adorable Coffey, véritable « miracle de dieu » d’après ces puritains d’américains, va préférer mourir plutôt que de continuer à vivre cela. Il sera ainsi libéré de sa propre souffrance, provoquée par celle des autres.

Quelle conclusion atroce, sans espoir.

Qu’aurais-je proposé à John Coffey s’il était venu me consulter ?

Imaginons quelques instants que, ayant ras le bol d’être incompris et de souffrir de son pouvoir, John ait franchi le seuil de mon cabinet. Voilà ce que je lui aurai proposé :

D’abord, de comprendre ses propres émotions et de faire la part entre celles des autres et les siennes : les identifier, les comprendre, les exprimer, les transformer pour mettre en place un processus de soin envers soi-même avant de se précipiter pour aider les autres. Car on ne peut aider les autres correctement que quand on prend aussi soin de soi. L’auto-compassion n’est en rien un trait d’égoïsme, mais plutôt un instinct de survie tout comme un mécanisme altruiste. En effet, de nombreux programmes sont désormais proposés aux soignants pour les aider à ne pas s’oublier dans l’exercice de leur mission. Un article ici dans le mag en ligne « espace infirmier ».

Transformer sa compassion chrétienne en Karuna : soit l’acception bouddhiste du terme compassion. Ce terme signifie de souhaiter que chacun soit libéré de sa souffrance, et y contribuer en observant un comportement qui sera exempt de violence, d’agressivité, ou tout autre acte susceptible de blesser l’autre. Ainsi, la différence fondamentale avec la compassion chrétienne se situe sur deux points : ne pas se laisser entrainer par la souffrance de l’autre, c’est à dire ne pas souffrir avec lui, et ne pas tenter de chercher des solutions pour l’autre. Il est plutôt prôné un travail sur soi pour éviter d’être blessant envers l’autre. Et logiquement, si chacun adoptait un comportement non violent, il n’y aurait plus de souffrance dans ce monde causée par l’homme…

Pour cela, la méditation de pleine conscience et l’art thérapie sont deux outils particulièrement indiqués
  • La méditation va nous entrainer à percevoir avec finesse nos ressentis émotionnels, matérialisés par des sensations corporelles, et les pensées que nous y associons. Elle va nous permettre de constater que les émotions ne sont que passagères et que celles des autres ne nous appartiennent pas. Qu’elles peuvent avoir une résonnance en nous, mais qu’on peut aussi lâcher prise sur elles. Cela nous oriente vers une posture d’écoute ouverte (accueil) de la souffrance de l’autre, ce qui constitue un soin très grand pour celui qui se confie à nous, bien trop oublié dans notre société. Ecouter et comprendre au lieu d’interpréter et répondre. Cela permet aussi de ne pas s’épuiser en interprétation et solutionnement face à des émotions qui sont construites par le vécu de l’autre et sur lequel nous n’avons aucun pouvoir ni savoir. Car oui, nous sommes seul à pouvoir influer sur notre vécu émotionnel.
  • L’art thérapie permet d’extérioriser le vécu émotionnel, et cette mise à distance va nous permettre de l’observer pour en comprendre le sens. Et dans une deuxième phase, faciliter la transformation de celui-ci, convertir la souffrance en levier de développement, en force motrice pour un mieux-être. Concrètement, on va poser sur le papier une représentation ce que l’on ressent et y voir plus clairement des informations qui ont leur utilité pour comprendre ce qui nous perturbe. Ensuite, on va reprendre cette représentation pour la rendre constructive, aidante pour nous.

Mais, M. Coffey n’est pas venu me voir. Comme beaucoup de personnes empathiques, sensibles émotionnellement, il aura vécu ce super pouvoir comme un sacerdoce. Pour comprendre que toute caractéristique de ce type est un cadeau plutôt qu’un poids, je vous invite à consulter certaines ressources que j’affectionne :

Steeve Jurion, coach spécialisé dans le domaine de l’hypersensibilité :
Ce TEDx d’Arnaud Chaput sur les neuro-atypiques, qui m’a bien fait rire
Psych2go : une chaîne psycho-éducative qui traite souvent le thème de l’hypersensibilité, de l’empathie.
Et si vous vous reconnaissez ?

Eh bien, réjouissez-vous ! Non seulement, vous êtes dotés de super pouvoirs, mais en plus, il existe une multitude de techniques et d’accompagnement pour les transcender et mieux vivre avec, plutôt que de lutter contre.

N’hésitez pas : sophrologie, relaxation, méditation, art thérapie, hypnose, psychothérapie brève, EMDR… Toutes ces approches peuvent vous aider. L’enjeu est surtout de rencontrer un praticien de confiance avec qui vous vous sentirez prêt à vous ouvrir sur vos problématiques, à votre rythme et en douceur.

Pour ma part, j’ai suivi de nombreux enseignements sur ce thème et me suis spécialisée sur les émotions, car c’est lorsque j’ai commencé à travailler sur ce point que ma vie s’est transformée.

Oui, je souhaite être contacté(e) pour envisager des solutions afin de mieux vivre mon hyper-sensibilité, mon hyper-empathie !

Tapas y Plumas : Happy hour créatif

RDV après le travail pour un Happy Hour dédié à l’écriture et au bien-être
Tous les 1er mardis du mois à la Maison Bronzini
Autour d’une formule 1 boisson + grignotage = 30€

Détail du programme
Détail du programme
Détail du programme d'atelier écriture et détente
Détail du programme
À propos de Marion

Après des expériences professionnelles variées dans la conduite du changement et le management, j’ai choisi de devenir consultante en relation d’aide et management. Ayant surmonté des épreuves, j’ai souhaité partager les ressources qui m’ont été utiles pour retrouver le chemin du bonheur.  Aujourd’hui, j’accompagne l’individu, les organisations et les dirigeants vers une meilleure expérience de vie, en leur apprenant à mieux se connaître, mobiliser leurs ressources et interagir en pleine sérénité. Mon approche est basée sur la pédagogie, l’autonomie de l’accompagné, la vision holistique de l’individu, l’interdépendance de la personne et de son groupe d’appartenance.

En savoir plus à notre sujet

Contactez-nous

bonjour@marion-nussbaumer.com
+33 06 38 84 20 74

Autres façons de nous contacter

Un espace dédié accueillant

12 rue du Compagnonnage
30 133 Les Angles

Accueil PMR possible
Parking

Découvrir le cabinet

Ateliers créatifs en maison de retraite – part 2

Concevoir un atelier d’art thérapie pour un public mal voyant ? C’est le défi qui s’est présenté à moi dans le cadre de mon intervention en maison de retraite.

Les Seniors et la vue : une relation qui s’effrite 😦

Quand on pense aux troubles rencontrés par les personnes âgées, la surdité fait partie des problèmes qui nous viennent très rapidement à l’esprit. On pense un peu moins aux troubles de la vue : pourtant ils sont tout aussi fréquents et handicapants. Cataracte, DMLA, glaucome, ou tout simplement réduction des performances liées au vieillissement…

Et les implications sont nombreuses :

  • perte d’autonomie ;
  • risque de chute ou d’accident domestique ;
  • incapacité à conduire ;
  • obligation de renoncer à de nombreuses activités, y compris des passe-temps appréciés ou des activités sociales ;

et ont pour conséquences, isolement, anxiété, dépression…

Quelle activité proposer aux mal-voyants ?

Après avoir constaté au sein d’un groupe que j’anime, des personnes en souffrance par rapport à des troubles de la vue, j’ai dû rapidement revoir mon programme d’intervention afin de ne pas les mettre en échec, dans des ateliers censés leur apporter divertissement et bien-être.

Que peut-on alors proposer, qui ne nécessite pas d’utiliser sa vue ? Ce sens est tellement prédominant dans notre société de l’image, qu’on peut être désarçonné quelques instants. Mais c’est sans compter sur les 4 autres sens à notre disposition !

J’ai alors orienté les ateliers :

Vers l’auto massage (toucher) : afin de donner quelques gestes simples à utiliser à tout moment, et dans le cadre de l’atelier, de débuter par une pratique relaxante et bienveillante envers son corps. Mains, tête, visage, bras, plexus… autant de parties accessibles et faciles à masser, pour une détente musculaire comme psychologique !

Vers l’écoute (ouïe) : j’ai décidé de leur proposer la lecture de conte ! Cette initiative fut accueillie avec beaucoup d’enthousiasme, j’ai même récolté des applaudissements. Il faut dire que je mets du cœur à la lecture, ajoutant quelques gestes pour rendre plus vivant le moment. #actorstudio

L’odorat et le goût sont encore des pistes à explorer… des sens à solliciter… on y travaille…

La suite au prochain épisode de la série « Atelier Créatif en Maison de Retraite – part. 3 »

Partage de mes lectures, à un plus large public !

J’ai donc pris l’initiative d’étendre mon auditoire ! en enregistrant des lectures et en les partageant avec vous sur ma chaîne YouTube. Vous ne la connaissez pas encore ? « L’Heureux Partage » est une chaîne psy-friendly 🙂 dans laquelle vous trouverez :

  • des présentations de mon activité et témoignages clients
  • des méditations en ligne
  • et maintenant, des lectures de contes et histoire à dormir !

ENSEIGNEMENTS

Animer des ateliers de groupe, c’est faire preuve de beaucoup d’énergie pour insuffler une dynamique, tout en restant attentif à chaque individu pour adapter les pratiques proposées aux problématiques spécifiques et n’exclure personne. C’est aussi faire preuve de créativité, de liberté et prendre des initiatives pour tenter d’atteindre notre objectif. Tout ne s’apprend pas dans les livres. C’est au moment de l’atelier que vous devez réagir et modifier éventuellement son contenu par rapport aux imprévus.

Qu’on se le dise : SENIOR PEOPLE ARE CHALLENGING !

Vous souhaitez mettre en place des ateliers dans votre structure ? Contactez-moi aux coordonnées ci-dessous :

Ateliers créatifs en maison de retraite – part. 1

Depuis le mois de juillet, j’interviens en résidence senior, sous la coordination explosive de Cathy, une animatrice incroyable par son énergie et son enthousiasme.

Que peut-on proposer à nos anciens en matière d’atelier créatif et quels en sont les bénéfices ?

Je vous en dis plus dans cet article.

La demande de Cathy et de son établissement

Quand j’ai été contactée par Cathy, son souhait était très clair :

  • Créer du lien et cultiver des relations agréables entre résidents ;
  • Proposer des activités adaptées à chacun, en évitant de mettre en échec les personnes qui seraient moins habiles que d’autres ;
  • Apporter du bien-être, du divertissement, de la stimulation. Et de la bonne humeur !

A la présentation du cahier des charges, j’étais forcée de répondre : je suis votre femme ! Les ateliers que je construis ont pour base des valeurs que nous partageons avec l’équipe de l’établissement : douceur, respect, gentillesse, attention, humour, adaptation.

La clé pour ce type d’intervention est d’arriver à combiner deux dynamiques qui peuvent sembler antinomiques : respect et considération de l’individualité de chacun, tout en favorisant l’émergence d’une identité de groupe. Pari réussi à ce jour, après quelques séances : les 2 groupes sont constitués et stables. Nous pouvons donc écrire une histoire commune au travers des activités proposées.

Mon rôle en tant qu’intervenante

Je propose des ateliers créatifs en utilisant toute sorte de supports : coloriage, collage, écriture, mais aussi lecture et écoute musicale. Pendant 1h, les résidents qui souhaitent participer vont avoir à leur disposition du matériel pour laisser libre cours à leur inventivité, dans le cadre d’un exercice proposé, différent à chaque séance.

Ces ateliers ont plusieurs objectifs :

  • stimuler l’imagination ;
  • faire travailler la mémoire et la concentration ;
  • solliciter la micro-mobilité (articulation des doigts et des mains notamment) ;
  • proposer une ambiance ludique et relaxante pour apaiser les émotions ;
  • renforcer le lien par l’expression et le partage pendant l’atelier ;
  • faire entrer la culture au sein de l’établissement, divertir et faire découvrir de nouveaux artistes, de nouveaux textes, de nouvelles chansons… aux participants.
Comment est-ce organisé ?

Nous avons la chance de travailler dans d’excellentes conditions dans cet établissement. La bibliothèque dans laquelle nous nous réunissons est spacieuse, elle donne sur les jardins, la déco a été refaite avec goût et modernité. Tous les 15 jours environ, nous nous retrouvons par petit groupe (6 à 7 personnes pour assurer une attention particulière à chacun), pendant 1h. Pour cela, Cathy affiche le planning des activités régulièrement, conçoit et édite chaque mois un gazette pour annoncer le programme à venir. Les participants s’inscrivent au gré de leurs envies et disponibilités. Mais la plupart revient à chaque fois !

Pendant l’atelier, comme ça se passe ?

Tout d’abord, j’installe ma petite enceinte qui va diffuser du piano relaxant. Je propose souvent un échauffement des mains et bras qui vont être sollicités pendant la séance. Et puis j’annonce le thème et le medium avec lequel nous allons travailler. En fonction des possibilités des participants, j’adapte le contenu des ateliers, et j’alterne les sujets comme les supports.

Nous avons exploré l’écriture pour se présenter : nous avons utilisé le principe de l’acrostiche avec les lettres de notre prénom. Puis nous avons travaillé avec le collage sur un thème libre, pourvu qu’il nous apporte du bonheur : ont émergé, des images de nature, de voyage, de fleurs ou encore d’animaux. Pour les personnes qui souffrent de troubles de la vision, j’ai proposé la lecture d’un conte qui a donné lieu à des applaudissements ! et des échanges animés dans le groupe. Bref, nous explorons ensemble différentes possibilités de se divertir, de cultiver nos capacités cognitives mais également, d’exprimer nos émotions.

C’est une grande source de bonheur de voir les sourires s’étirer sous les masques, d’entendre les rires et les blagues qui fusent, d’accueillir parfois les coups de blues et de réconforter ces personnes, toujours pleines de vie et de facéties après avoir parfois traversé un siècle complet ! Quel enseignement ! RESPECT aux résidents et à l’équipe !